Téléconsultation médicale (1)

La téléconsultation avec un médecin, mode d’emploi

La téléconsultation, nouvelle forme de médecine à distance, suscite beaucoup de questions, de la part des patients presque autant que des médecins et des professionnels de santé :

  • Que veut dire téléconsultation ?
  • Comment ça marche ?
  • Qui appelle, le patient ou le médecin ?
  • Quels sont les avantages et les inconvénients ?

Bref, qui quand comment pourquoi, je vais tout vous dire sur la téléconsultation !

La téléconsultation en bref

La téléconsultation c’est quoi ?

Le code de santé publique définit la téléconsultation comme “une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication”.

Le préfixe “télé” signifie “à distance, de loin”, en grec ancien, comme dans télévision, téléscope, télépathie etc.

Une téléconsultation consiste donc en une consultation classique, mais réalisée par un moyen de télécommunication électronique, le patient et le professionnel de santé communiquant

  • soit par téléphone
  • soit par email
  • soit en vidéo, avec webcam et micro, devant un ordinateur, une tablette ou un smartphone

Le patient décrit ses symptômes (fièvre, douleur localisée…) et le médecin donne un avis médical ou établit un diagnostic et si besoin prescrit une ordonnance ou renvoie le patient vers un confrère spécialiste.

La consultation à distance convient dans le cas de pathologies classiques (ex : une cystite, de l’asthme, de l’acné, la prescription d’une pilule contraceptive, un mal de dos, une migraine, un rhume…) ou pour renouveler une ordonnance lorsqu’un diagnostic sûr a déjà été établi, mais pas pour réaliser un examen approfondi ni pour diagnostiquer un cas mal connu.

La téléconsultation ne concerne que les professions strictement médicales : médecins, sages-femmes et chirurgiens-dentistes.

Le télésoin

Il est également possible de pratiquer un soin à distance : on parle alors de télésoin.

Un télésoin consiste en un soin à distance avec un spécialiste paramédical, un pharmacien, un infirmier.

Il peut s’agir par exemple :

  • de réaliser un bilan de votre traitement,
  • de faire des exercices de rééducation orthophonique,
  • de soigner une douleur sciatique,
  • d’établir un programme diététique,
  • ou de faire un diagnostic pour un problème bénin (cor au pied, orgelet, boutons…)

La télésurveillance

La télésurveillance permet à un infirmier ou médecin de surveiller l’état de santé d’un patient et aussi d’interpréter à distance les paramètres nécessaires à son suivi médical. Souvent, ces informations médicales sont collectées et transmises de manière automatique.

La téléexpertise

Parfois, un cas médical exige qu’un professionnel de santé prenne l’avis d’un autre praticien de la médecine : il s’agit alors de téléexpertise.

Par exemple, votre généraliste

  • consulte un dermatologue pour savoir si un grain de beauté présente un danger ;
  • ou demande un avis médical à un radiologue sur une radio qu’il juge ambiguë ;
  • ou consulte un psychiatre pour savoir si votre symptôme peut être un effet secondaire d’un bêta-bloquant.

La téléassistance

La téléassistance médicale permet quant à elle à un médecin d’en assister un autre, de le superviser, de le guider.

Comment payer et être remboursé ?

Les tarifs d’une téléconsultation

Les tarifs d’une téléconsultation, d’un télésoin ou d’une téléexpertise ne varient pas par rapport aux tarifs ordinaires du secteur 1.

En secteur 2, la fixation du montant des honoraires reste libre.

Le patient paye sa part de la consultation en ligne (le tiers-payant) par un des moyens de paiement proposés par le professionnel de santé (carte bleue, chèque, virement, Stripe, Paypal…)

Remboursement par la sécurité sociale

La sécurité sociale rembourse la téléconsultation dès lors qu’elle respecte le parcours de soin. Dans ce cas le patient peut téléconsulter

  • son médecin traitant
  • tout médecin spécialiste sur recommandation du médecin traitant

La consultation ou le soin en ligne peut également se faire hors du parcours de soins mais ne donne alors pas lieu à un remboursement par la sécurité sociale.

Patients exonérés du parcours de soins

Cependant, certains patients sont exonérés du parcours de soins

  • les enfants et adolescents de moins de 16 ans
  • les patients en situation d’urgence
  • les patients sans médecin traitant
  • les résidents en EHPAD ou les établissements accueillant des personnes handicapées
  • les détenus

Dans ces cas, vous devez contacter une organisation coordonnée territoriale dont vous pouvez demander la liste à votre caisse primaire d’Assurance Maladie (dès lors qu’une organisation coordonnée territoriale existe sur votre lieu de résidence).

Médecins exonérés du parcours de soins

De même certains spécialistes sont exonérés du parcours de soins et on peut donc les téléconsulter librement et obtenir remboursement par l’Assurance maladie, il s’agit des :

  • gynécologues
  • ophtalmologue
  • stomatologue
  • chirurgien maxillo-facial ou de la voie orale
  • psychiatre
  • pédiatre

Prescription et ordonnance par téléconsultation

Une ordonnance peut être délivrée par le médecin téléconsultant, et envoyée de plusieurs manières :

  • par la poste
  • par messagerie sécurisée ; elle contient alors un QR code que scannera le pharmacien
  • ou elle peut être transmise par voie électronique à la pharmacie la plus proche

Pourquoi la téléconsultation ?

La téléconsultation s’avère utile dans les cas où le patient ne trouve pas de généraliste ou de spécialiste à proximité, ou quand les délais d’attente sont trop longs, ou quand le patient a des problèmes de mobilité dûs à l’âge, à la maladie ou au handicap.

Dans un contexte de désertification médicale constante dans certaines régions et zones rurales, où les français renoncent aux soins parce que les généralistes ou les spécialistes sont trop loin ou indisponibles, alors que dans d’autres zones des médecins manquent de patients, la télémédecine contribue à réconcilier l’offre et la demande.

Après des décennies de numerus clausus limitant la formation de nouveaux médecins, la pénurie s’aggrave : le nombre de médecins généralistes devrait en effet baisser de 25% d’ici 2025 par rapport à 2007.

En 2015, 8% de la population résidait dans une commune sans médecin généraliste résidant alentour.

Dans ce contexte la téléconsultation permet aussi de faire gagner du temps :

  • les médecins n’ont pas à se déplacer pour un simple entretien, un renouvellement d’ordonnance, un problème bénin
  • les patients s’évitent les délais d’attente, les salles d’attente, les frais de transport et de parking, et gagnent à être pris en charge plus rapidement
  • les patients à mobilité réduite ou atteints de maladies chroniques graves s’épargnent les complexités de l’organisation d’un déplacement
  • en contexte professionnel, on peut téléconsulter depuis son lieu de travail

L’assurance-maladie insiste néanmoins sur le fait que la téléconsultation doit rester dans une logique de proximité territoriale :

  • le médecin téléconsultant doit se trouver le plus proche possible de chez vous
  • la relation médicale doit alterner entre consultations en présentiel et téléconsultations

Ainsi, d’après le site Ameli.fr, il n’est pas souhaitable de téléconsulter un neurologue de Paris quand on réside à Beaune alors qu’on en trouve à Dijon.

Mais, toujours d’après Ameli, la téléconsultation peut se faire même à longue distance dès lors qu’on réside dans une zone blanche faiblement dotée en médecins généralistes ou spécialistes, ou qu’on se trouve dans une situation qui justifie la consultation à distance.

La téléconsultation, comment ça marche ?

Quand faire une téléconsultation ?

Seuls les médecins peuvent proposer une téléconsultation, qui implique que certaines conditions soient réunies :

  • être réalisée par le médecin traitant
  • ou à défaut de médecin traitant, par tout autre médecin
  • ou par un spécialiste prescrit par le médecin traitant

La consultation en ligne apparaît pertinente quand aucune solution médicale physique n’existe :

  • aucun généraliste ou spécialiste à proximité du patient
  • délais d’attente trop longs chez les médecins à proximité

Par exemple, on peut téléconsulter pour des problèmes comme :

  • Grippe, rhume, otite
  • Suspicion de covid-19
  • Mal de dos
  • Acné
  • Dysfonction érectile
  • Cystite / infection urinaire
  • Asthme
  • Apnée du sommeil
  • Maladies sexuelles
  • Herpès
  • Test de Grossesse
  • Prescription de pilule contraceptive
  • Prescription de Viagra
  • IVG médicamenteuse (avec une téléconsultation pour informer et faire l’ordonnance, et téléconsultation de contrôle dans les 2 à 3 semaines après l’IVG )

En cas d’urgence grave :

  • appelez le SAMU au 15 ou au 112
  • ou rendez-vous aux urgences de l’hôpital
  • ou appelez SOS médecins au 36 24
  • ou contactez une association de permanence de soins dans votre région

Dans certains cas, on peut vous proposer une téléconsultation en urgence pour effectuer quelques gestes de soin en attendant l’arrivée des secours (ex : vous êtes coincés sous une avalanche, ou blessé dans un endroit isolé et difficile d’accès…)

Pour être remboursée, la consultation à distance doit respecter le parcours de soin – mais si on fait le choix de s’en affranchir alors elle est libre.

Où faire une téléconsultation ?

Pour le patient, la consultation à distance se fait :

  • Depuis son domicile ou tout autre endroit calme et sûr garantissant la confidentialité de l’entretien
  • Depuis une pharmacie équipée d’une cabine de téléconsultation
  • Depuis un hôpital, une clinique, un centre de santé, une maison de santé, un EHPAD
  • Depuis le cabinet d’un médecin (exemple : un patient consulte son médecin traitant qui consulte un médecin spécialiste)

Comment se passe une téléconsultation ou un télésoin ?

D’abord le patient doit prendre rendez-vous avec le professionnel de santé en question – médecin, infirmier ou pharmacien, qui peut lui proposer une consultation à distance.

Ensuite, si le patient l’accepte, le praticien lui fournit un moyen de télécommunication :

  • par écrit, par email
  • par téléphone
  • ou par vidéoconférence – via le site web du médecin ou par Doctolib, Livi, etc.

Dans le cas d’une visioconférence, le moment venu le médecin appelle le patient ou bien il lui a envoyé préalablement un lien de connexion à une visioconférence via une plateforme, une application ou un logiciel.

S’il ne vous connaît pas déjà, le médecin doit d’abord se renseigner sur vos antécédents médicaux et connaître votre situation actuelle, dans ce cas vous pourrez avoir à montrer un certain nombre de documents médicaux, prescriptions, ordonnances, résultats d’examens, radios…

Après la téléconsultation, le médecin peut vous prescrire une ordonnance de médicaments, d’examens complémentaires ou vous renvoyer vers un spécialiste d’une autre discipline.

Le médecin doit aussi rédiger un compte-rendu qu’il archive dans son dossier patient et qu’il ajoute à votre dossier médical partagé (DMP) si vous en avez un, ou encore dans Mon espace santé.

Quels médecins peuvent téléconsulter ?

Tous les types de médecins généralistes ou spécialistes, inscrits au Conseil national de l’Ordre des médecins, et d’autres professionnels de santé comme les infirmiers ou les pharmaciens, peuvent proposer des téléconsultations. Dans ce cas, le patient doit obligatoirement donner son consentement.

Les professionnels de santé sont seuls légitimes à juger de la pertinence d’une téléconsultation, dont ils ont l’initiative : ils estiment l’état de santé et la situation du patient et décident si une consultation en ligne suffit ou si une consultation en présentiel est nécessaire.

Et ce, indépendamment de leurs conditions d’exercice, de leur secteur, de leur lieu de pratique :

  • en cabinet de ville
  • en maison de santé
  • en centre de santé
  • à l’hôpital comme en clinique
  • dans un EHPAD
  • en prison
  • en France métropolitaine comme dans les départements et régions d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Mayotte…)

Spécialités médicales téléconsultables :

  • allergologue
  • dentiste
  • dermatologue
  • endocrinologue
  • gastro-entérologue
  • gynécologue
  • hypnose
  • infirmier / infirmière
  • kiné
  • médecin généraliste
  • neurologue
  • diététicien nutritionniste
  • ophtalmologue
  • orl
  • orthophoniste
  • pédiatre
  • pharmacie
  • psychiatre
  • psychologue
  • rhumatologue
  • sage-femme
  • sexologue
  • urologue
  • vétérinaire

Les sites et plateformes de téléconsultation

Depuis une décennie, une offre assez vaste de plateformes de téléconsultation s’est développée : des entreprises privées, parfois des hôpitaux, proposent une gamme de médecins généralistes et spécialistes en consultation à distance, avec diverses modalités pratiques. Ces plateformes ont développé leurs propres logiciels et applications de téléconsultation.

Parmi les principales plateformes on peut citer :

  • Doctolib
  • Livi
  • Qare
  • Tessan

On peut aussi téléconsulter depuis un site WordPress.

Les mutuelles ont suivi le mouvement et assurent tout ou partie du remboursement du ticket modérateur ( = le reste à charge non remboursé par la sécurité sociale).

Paiement et remboursement d’une téléconsultation

La sécurité sociale rembourse les téléconsultations au même titre que les consultations classiques, à condition qu’elles aient été faites dans le respect du parcours de soins coordonnés.

Dans ce cas, les pourcentages de la base de remboursement restent les mêmes :

  • 70% des frais sont pris en charge par l’assurance-maladie dans la plupart des cas
  • 100% dans le cas d’une grossesse ou d’une affection longue durée (ALD)

Votre complémentaire santé peut prendre en charge tout ou partie d’une téléconsultation et du ticket modérateur (le reste à charge).

Foire Aux Questions

Oui, en cas d’urgence. Certaines mutuelles et plateformes proposent un service 7j/7 24h/24.

Sinon, vous devez être orienté par votre médecin traitant. Si vous n’en avez pas vous pouvez contacter un autre médecin. Le médecin est seul légitime à proposer une téléconsultation.

En cas d’urgence, vous pouvez appeler le SAMU qui si besoin vous orientera vers un médecin en téléconsultation qui pourra vous faire une ordonnance.

Sinon, vous devez prendre rendez-vous pour une téléconsultation.

Oui, c’est même devenu monnaie courante depuis la crise sanitaire du covid 19.

Oui et non.

En cas de fort risque de contracter le coronavirus, ou en cas d’infection avérée suite à un test PCR positif, oui, la consultation à distance est même préférable.

En cas de pathologie chronique ou déjà constatée, le certificat médical peut être établi par téléconsultation.

Pour un certificat de sport, non : un examen médical reste nécessaire.

Sans carte vitale, le médecin peut utiliser le numéro de sécurité sociale du patient pour remplir une feuille de soin électronique en mode SESAM vitale dégradé.

Sans numéro de sécurité sociale, le praticien peut établir une feuille de soin sur papier et l’envoyer au patient qui devra l’envoyer à sa caisse d’assurance maladie.

Tout dépend de votre situation :

  • fonctionnaire en détachement à l’étranger, vous restez couvert par la sécurité sociale et la téléconsutation est prise en charge à 100%.
  • expatrié, vous devez d’abord vous affilier au système de sécurité sociale de votre pays de résidence. En vous inscrivant à la Caisse des Français de l’Etranger vous pourrez bénéficier de consultations remboursées avec un médecin français.
  • en vacances, vous pouvez téléconsulter votre médecin traitant qui peut vous orienter vers un spécialiste ; vous pouvez également téléconsulter à vos frais un médecin du secteur 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page