Télésurveillance médicale

La télésurveillance médicale et le télésuivi infirmier

La télésurveillance médicale

Définition

Mise en place par un médecin, la télésurveillance médicale permet de monitorer l’état de santé d’un patient grâce à divers appareils médicaux connectés.

On l’utilise surtout dans des cas d’affection longue durée (ALD), de maladies chroniques, et avec des personnes âgées dépendantes.

La surveillance médical à distance permet d’éviter l’hospitalisation, avec les coûts et les perturbations qui y sont associés, aux patients qui peuvent rester à domicile dans un cadre sécurisant et familier.

Comme les autres pratiques de télémédecine, la télésurveillance requiert le consentement du patient et implique d’assurer le respect du secret médical et de la confidentialité des données.

D’abord limitée à 5 disciplines dans le cadre de l’expérimentation « ETAPES » depuis 2014, la télésurveillance est généralisée en 2022.

Appareils médicaux connectés de télésurveillance

Les appareils médicaux peuvent être par exemple :

  • tensiomètre, pour mesurer la tension
  • électrocardiogramme, pour mesurer le rythme cardiaque
  • balance, pour surveiller le poids
  • urinomètre, pour mesurer le débit urinaire
  • oxymètre, pour mesurer le taux d’oxygène expiré par les patients souffrant de maladies respiratoires.

Ces dispositifs médicaux connectés envoient leurs mesures à distance et, si celles-ci s’écartent des valeurs attendues, déclenchent des alertes.

Qui doit gérer les alertes ?

On s’est demandé quel était le meilleur niveau de compétence pour gérer ces alertes ?

Une étude sur les patients d’un diabétologue en télésurveillance a montré que celui-ci n’avait tout simplement pas le temps de gérer l’ensemble des alertes reçues par email. Il semble donc que les infirmiers diplômés d’Etat soient les mieux placés pour gérer en routine la télésurveillance.

Une autre application de la télémédecine en cardiologie est celle du télésuivi des patients qui bénéficient d’un défibrillateur automatique implanté (DAI) pour traiter les troubles du rythme cardiaque graves comme la fibrillation ou la tachycardie ventriculaire. Les premières études ont montré une meilleure sécurité de l’usage du DAI et une réduction du nombre de consultations en face à face. Le service médical rendu aux patients porteurs d’un DAI réside dans un nombre significativement moindre de chocs inappropriés lorsqu’il y a l’organisation d’un télésuivi que lorsqu’il n’y en a pas. Cette réduction des chocs inappropriés a un impact favorable sur le myocarde des patients. (source : Télémédecine : Des pratiques innovantes pour l’accès aux soins)

Pathologies en télésurveillance

La télésurveillance permet notamment de monitorer les patients atteints des pathologies suivantes :

  • le diabète
  • l’insuffisance cardiaque
  • l’insuffisance respiratoire
  • l’insuffisance rénale
  • ou ayant reçu une prothèse cardiaque (implant)

Le télésuivi infirmier

Définition

Le télésuivi infirmier représente l’équivalent pour un infirmier ou une infirmière de la téléconsultation avec un médecin.

Il s’agit d’une communication à distance entre l’infirmier et le patient, par vidéotransmission ou à défaut par téléphone.

Alors que la télésurveillance ne fait que mesurer des signes biologiques, le télésuivi permet de poser des question au patient sur son ressenti, l’état de ses symptômes, la prise régulière du traitement le cas échéant.

Par exemple, la télésurveillance permet de contrôler le taux de glycémie chez les patients diabétiques et le télésuivi de vérifier que les patients atteints de maladies cardiaques prennent les médicaments nécessaires à la bonne gestion de leur maladie.

Usages du télésuivi

Le télésuivi infirmier se montre particulièrement pertinent dans des situations où la médecine classique présente des risques ou des carences.

Covid-19

Dans le contexte de l’épidémie de covid-19, le télésuivi infirmier a été massivement utilisé pour éviter les risques de contamination qu’auraient présenté les visites médicales à domicile comme les visites des patients chez les médecins ou dans les hôpitaux.

Prisons

Le coût et la complexité de l’extraction des patients détenus dans les maisons d’arrêt, les centres de détention et les maisons centrales conduisent à des situations de renoncement aux soins, et à un mauvais état de santé de la population carcérale.

Le télésuivi comme la télésurveillance permettent de réduire ces problèmes, limitant les extractions aux cas graves ou urgents, et assurant les soins ordinaires.

EHPAD et résidences seniors

Les lieux de résidence des personnes âgées sont connus pour être fréquemment en sous-effectif médical.

Dès lors le télésuivi apparait comme une solution possible, même si pas idéale, notamment pour venir en aide aux malades chroniques et leur éviter des hospitalisations pénibles. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page