soin à distance

Télésoin, mode d’emploi

Télésoin : définition

Nouvel outil au service de la santé publique, le télésoin consiste pour les professionnels de santé – auxiliaire paramédical, infirmier ou pharmacien – à réaliser un soin à distance, par vidéoconférence.

Le télésoin est une forme de pratique de soins à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. Il met en rapport un patient avec un ou plusieurs pharmaciens ou auxiliaires médicaux dans l’exercice de leurs compétences prévues au présent code.

Source : Article L6316-2, Chapitre VI Télésanté du Code de la santé publique consacrée aux professionnels de santé.

Par exemple :

  • une séance d’orthophonie
  • une séance de diététique
  • un conseil thérapeutique délivré par une infirmière
  • un bilan de médication avec un pharmacien ou un entretien pharmaceutique

Règlementation et conditions du télésoin

Le télésoin est autorisé depuis la loi relative à l’organisation et à la transformation du système de santé, adoptée pendant l’été 2019. Il a été progressivement étendu à une vingtaine de professions paramédicales.

L’arrêté du 3 juin 2021  définit les activités de télésoin.

Le décret n° 2021-707 du 3 juin précise que « les professionnels pouvant réaliser une activité de télésoin sont les pharmaciens et les auxiliaires médicaux »

La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un Guide des bonnes pratiques pour faciliter la mise en œuvre du télésoin.

Conditions

Le télésoin relève d’une décision partagée entre le professionnel et le patient qui doit donner son consentement, et les professionnels de santé doivent assurer le secret médical, donc la confidentialité et la sécurité des données médicales.

Pour un télésoin comme pour tout acte de télésanté, le patient comme le professionnel doit se trouver dans de bonnes conditions : pièce calme, sans bruit, bien éclairée, bonne qualité de vidéotransmission. Certains pharmaciens disposent de cabines de téléconsultation à cet usage.

Facturation et remboursement

La règlementation de la télésanté indique clairement que ces soins à distance doivent être facturés exactement au même tarif que s’ils étaient réalisés en présence du patient.

De même, dès lors qu’il respecte le parcours de soins, le télésoin est remboursé au même titre qu’un soin classique et comme une téléconsultation, à 70% ou à 100% suivant les cas.

Traçabilité

Les professionnels en télésoin doivent laisser une trace de l’acte réalisé : à cette fin, ils rédigent une note qu’ils enregistrent dans le dossier du patient ou dans le dossier médical partagé.

Quelle différence entre télésoin et téléconsultation ?

Le télésoin est pratiqué par les professionnels de santé paramédicaux, tandis que la prise en charge par téléconsultation est réservée aux médecins, sages femmes et chirurgiens-dentistes.

Contrairement au télésoin, la téléconsultation permet des actes comme la prescription d’examen et de médicaments et l’interprétation de résultats.

Le télésoin et les professionnels de santé

Télésoin nouvelle pratique de télésanté

Quels professions paramédicales pratiquent le télésoin ?

18 professions paramédicales spécialisées peuvent proposer un télésoin au patient :

  • Audioprothésiste
  • Diététicien
  • Ergothérapeute
  • Épithésiste
  • Infirmier
  • Masseur-kinésithérapeute
  • Manipulateur d’électroradiologie
  • Oculariste
  • Opticien
  • Orthopédiste-orthésiste
  • Orthophoniste
  • Orthoprothésiste
  • Orthoptiste
  • Pédicure-podologue
  • Podo-orthésiste
  • Pharmacien
  • Psychomotricien
  • Technicien de laboratoire médical

Le télésoin par les pharmaciens

un patient en télésoin dans une pharmacie

Les pharmaciens d’officine peuvent réaliser quatre types d’actes de télésoin :

Entretien pharmaceutique

L’entretien pharmaceutique concerne en particulier deux types de patients pour qui le suivi de la prise médicamenteuse s’avère particulièrement nécessaire, car une mauvaise médication pourrait entraîner des conséquences graves :

  • patients sous ACO (anticoagulants oraux), notamment aux antivitamines K
  • patients asthmatiques, recevant une prescription de corticoïde inhalé

L’entretien pharmaceutique permet d’assurer que les patients ont bien compris l’importance de la prise régulière de leur traitement.

Bilan partagé de médication

La Haute autorité de santé définit le BPM comme

une analyse critique structurée des médicaments du patient dans l’objectif d’établir un consensus avec le patient concernant son traitement.

Le bilan partagé de médication a pour but de réduire le risque iatrogène, d’optimiser l’impact clinique des médicaments en s’assurant de leur prise dans des conditions correctes, d’améliorer l’adhésion au traitement par le patient, et de diminuer le gaspillage des médicaments, donc d’éviter certains coûts et pollutions.

Accompagnement de pathologies chroniques

Des entretiens d’accompagnement entre les pharmaciens et les patients sont indiqués dans certaines pathologies chroniques :

  • Cancer, avec des patients sous chimiothérapie orale
  • Tabagisme : entretien avec des patients en sevrage tabagique
  • BPCO
  • Diabète
  • Entretien phyto-aromathérapie et automédication

Education à la santé

L’éducation thérapeutique du patient (ETP) permet aux pharmaciens d’informer les patients sur leurs maladies et leurs traitements, pour développer des compétences d’auto-gestion des pathologies, d’autonomie du traitement, et de diminution des risques.

Conditions de réalisation

Les conditions de réalisation suivantes du télésoin par une pharmacie doivent être respectées :

Le télésoin doit avoir été précédé par un premier entretien en présence du patient.

Le télésoin doit être réservé aux cas où le patient a des difficultés à se déplacer (maladies graves, affections longue durée, handicap, vieillesse…) ; il permet ainsi d’éviter un renoncement aux soins.

Un parent ou un majeur autorisé doit être présent lors d’un télésoin avec un patient mineur de moins de 18 ans.

Un aidant doit être présent lors d’un télésoin avec un patient en perte d’autonomie.

Le télésoin par les infirmiers

télésuivi infirmier

Ce télésoin consiste surtout en un télésuivi infirmier.

Les conditions d’usage de ce dernier ont été définies et encouragées par la Haute Autorité de Santé dans ce document, dans le cadre des politiques de santé publique visant à diminuer les risques de contamination liée à l’épidémie de covid-19 :

  • Vérifier l’identité et les coordonnées du patient
  • Interroger le patient sur son état général
  • Rechercher des signes d’aggravation des symptômes, de difficultés respiratoires, d’altération de la conscience ou de déshydratation
  • Demander au patient de prendre sa température et sa tension
  • Rappeler les consignes d’hygiène applicables

Le télésoin infirmier représente une alternative intéressante dans les situations où les auxiliaires médicaux sont rares à certains endroits, où les patients résident dans des zones rurales ou isolées ou dans des déserts médicaux, ou dans le cas de patients fragiles ou difficilement transportables (obésités sévères…)

Il doit s’effectuer avec le consentement du patient, dans des situations où la présence du patient n’est pas absolument nécessaire ; il implique que le patient ait une maîtrise suffisante des outils technologiques, et impose comme tout acte médical le respect du secret médical et de la confidentialité des données.

Le soin infirmier à distance doit également s’intégrer dans le parcours de soins coordonné et être traçable, donc faire l’objet d’un compte-rendu transmis au médecin traitant et au prescripteur de l’acte de soin.

La cotation d’un télésuivi infirmier est AMI 3,2.

Le télésoin par les spécialistes paramédicaux

télésoin orthophonie

Les professionnels paramédicaux représentent 15 des 18 professions autorisées à pratiquer le télésoin.

Un télésoin paramédical doit faire l’objet d’un compte-rendu versé dans le Dossier médical partagé du patient.

Seuls certains actes peuvent être effectués en télésoin, par exemple :

  • Un entretien diététique à distance entre une diététicienne et des patients souffrant d’obésité ou de troubles du comportement alimentaire (à condition qu’il ne s’agisse pas d’un premier entretien)
  • Une séance d’éducation gestuelle et d’expression corporelle ou plastique avec une ergothérapeute / psychomotricienne (activités rythmiques, de jeu, d’équilibration et de coordination)
  • Le diagnostic et le traitement des hyperkératoses avec un pédicure-podologue (verrues plantaires, ongles incarnés…) et les actes de rééducation d’un pied
  • Une séance d’exercices de rééducation avec un masseur-kinésithérapeute, des conseils pour bouger, se déplacer, adapter ses habitudes (ex, pour soulager une sciatique)
  • Un bilan de renouvellement (mais pas de bilan initial) ou une séance de rééducation avec une orthophoniste

Certains professions comme les opticiens jugent le cadre règlementaire du télésoin peu adapté à leur profession. De même les audioprothésistes se trouvent rarement dans les conditions définies par la loi pour pratiquer un télésoin.

Le télésoin, une pratique d’avenir ?

Prise en charge à distance

Pratique émergente depuis les débuts de la mise en pratique de la télémédecine dans les années 2000-2010, généralisé depuis le début de la pandémie COVID, le télésoin suscite des craintes et des espoirs.

Craintes, de voir s’amoindrir la relation entre les praticiens et les patients.

Espoirs, de voir se réduire les déserts médicaux et les renoncements aux soins dans le cas de personnes fragiles ou isolées, ou tout simplement d’augmenter la productivité de professions trop rares pour servir tous les besoins.

Rien n’oblige les professionnels ni les patients à avoir recours au télésoin : à chacun de faire valoir ses préférences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page