Monitoring médical

Le monitoring des patients comme aide à la prise de décision médicale

Quel est l’intérêt de faire du monitoring médical ? Cette pratique de plus en plus en vogue dans les hôpitaux en France fonctionne comme une sorte d’assurance pour les médecins et les patients.

Le monitoring consiste à surveiller ou contrôler les fonctions vitales du malade pendant des heures ou des jours entiers avant de prendre une décision sur la conduite à tenir, le traitement à appliquer, le diagnostic à poser etc.

Qu’entend-t-on par monitoring médical ?

Le terme anglais de monitoring se traduit en français par surveillance médicale.

Monitorer un patient c’est donc contrôler ses fonctions essentielles à l’aide d’un appareil appelé scope ou monitor. Dans le jargon médical, on utilise l’expression « scoper un patient ».

En général, le monitor est relié au patient grâce à des électrodes et d’autres capteurs. Il va essentiellement surveiller :

  • Le rythme cardiaque du patient
  • Son pouls
  • Sa température corporelle
  • Sa tension artérielle
  • Son taux d’oxygène dans le sang (ou saturation en oxygène)

Les valeurs récoltées s’affichent sur un écran, et peuvent sur certains appareils être sauvegardées pour une utilisation prochaine par le médecin, ou bien des infirmières font des relevés à intervalles réguliers.

Le monitoring sert également à prévenir certaines anomalies morphologiques ou biochimiques. On utilise donc le monitoring pour les patients atteints de pathologies telles que :

  • Les maladies cardiovasculaires (angine de poitrine, insuffisance cardiaque…) : il s’agit de maladies qui affectent le système cardiaque et les vaisseaux sanguins de l’organisme
  • Les cancers de l’estomac, de l’œsophage
  • Les maladies de la peau comme la dermatite séborrhéique, l’eczéma, etc.
  • La tuberculose : cette maladie infectieuse qui touche les poumons se manifeste généralement par une toux chronique chez les patients ; très contagieuse, elle demande un suivi régulier
  • Le botulisme, maladie d’origine alimentaire qui se développe en cas d’ingestion de la toxine botulique ou de ses spores
  • Le charbon, une maladie infectieuse qui attaque la peau, la bouche, le tube digestif, la gorge et aussi les poumons, et peut s’étendre à d’autres parties du corps d’où l’importance de surveiller régulièrement les patients affectés.

Le monitoring, une assurance pour les médecins ?

Au-delà du fait de surveiller les fonctions vitales d’un patient, le monitoring médical permet au médecin d’en savoir plus sur l’état de santé de ce dernier, en vue d’une évolution thérapeutique ou clinique.

Le monitoring peut donc être perçu comme une assurance pour les médecins dans la mesure où leur diagnostic sera plus sûr et plus fiable. En effet, après examen du patient, le monitor émet un signal sonore et visuel si les valeurs relevées chez le patient s’avèrent anormales.

Dans ce cas, le médecin pourra alors s’en servir pour déterminer la conduite à tenir : demander d’autres examens plus approfondis, soumettre le patient à un traitement, entre autres choses.

En d’autres termes, si les fonctions vitales du patient ne sont pas « normales », cela va impacter le diagnostic du médecin.

Un médecin qui pratique le monitoring est également assuré contre certains « accidents ». L’appareil enregistre les données du patient. Celles-ci pourront être exploitées pour la défense du médecin devant un tribunal.

Le monde évolue, la santé aussi

A l’ère numérique, le domaine de la santé se voit lui aussi révolutionné. Le monitoring et la surveillance des patients à distance représente donc une nouvelle alternative, notamment pour désencombrer les hôpitaux.

La surveillance à distance, ou télésurveillance médicale, offre donc de nombreux avantages, notamment pour les patients. Ils bénéficient d’une surveillance constante, surtout ceux qui sont atteints d’une maladie grave.

Conclusion

Le monitoring médical ou surveillance des patients aide les médecins dans la prise de décision, en étudiant les fonctions vitales de ces derniers.

Grâce à l’évolution de la technologie, il est possible de faire du monitoring à distance, sans que le patient ait à se déplacer. Ainsi, il devient plus facile de suivre les patients atteints de maladies graves, dont les possibilités de mouvement sont restreintes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page