télésoin orthophonie

Le télésoin en orthophonie

Article rédigé le 22 janvier 2022

L’émergence de la téléorthophonie

Révolution numérique et télémédecine

Depuis les années 2000, la société française est entrée avec enthousiasme dans l’ère numérique. Plus de 85% des foyers sont connectés à Internet et une grande majorité de la population possède un ordinateur, un smartphone, ou les deux.

La télémédecine émerge donc comme une conséquence logique de cette évolution sociétale : elle suit le mouvement de généralisation des télécommunications.

La consultation médicale devient téléconsultation, l’expertise médicale devient téléexpertise, et le soin devient télésoin.

L’orthophonie n’échappe pas à cette révolution digitale : elle devient téléorthophonie ou e-orthophonie !

La crise sanitaire, accélérateur du télésoin en orthophonie

Or récemment, précisément depuis l’arrêté du 25 mars 2020, du fait de l’épidémie de covid, les pouvoirs publics ont entrepris de généraliser la télémédecine, pour limiter les contacts et ainsi éviter des contaminations, et pour gérer les problèmes pratiques majeurs causés par les décisions controversées de confinement.

Ainsi, l’arrêté du premier ministre, appuyé sur un rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS), a décidé d’encourager, de généraliser, et de rembourser à 100% la pratique du télésoin, pour plusieurs dizaines de professions médicales et paramédicales, parmi lesquelles les orthophonistes.

Même si ce remboursement extraordinaire à 100% a pris fin en juin 2021, les mesures gouvernementales ont fait leur effet : elles ont convaincu un certain nombre de praticiens et de patients de la légitimité de cette modalité thérapeutique.

L’avenir nous dira si la téléorthophonie, et la télémédecine en général, sauront se faire une place durable dans la pratique médicale.

Pour l’instant, elles sont bel et bien dans la place : plus qu’émergentes, déjà bien installées.

une orthophoniste en télésoin 

Les conditions de la téléorthophonie

Les conditions à réunir

Prescription médicale

La prise en charge en téléorthophonie doit faire l’objet d’une prescription médicale.

Accord du patient

Comme pour toute téléconsultation médicale, le patient doit donner son accord préalable.

Actes autorisés

Tous les actes d’orthophonie sont autorisés sauf les bilans initiaux et les actes réalisés nécessairement en présence du patient.

Bilans de renouvellement

Les bilans de renouvellement peuvent être réalisés en télésoin.

Pas de nouveau patient

L’orthophoniste doit avoir déjà traité ce patient en présentiel dans les 12 mois précédents – on ne peut donc pas prendre de nouveau patient en télésoin.

Vidéotransmission uniquement

Le télésoin doit impérativement se passer par vidéotransmission, donc avec l’image et le son, en direct et en présence du patient : l’orthophoniste comme le patient doivent donc avoir une webcam et un micro, que ce soit sur un ordinateur, tablette ou smartphone

Confidentialité

Le patient doit se trouver dans un lieu calme et approprié pour garantir la confidentialité des échanges / secret médical.

Patients mineurs

Pour les patients mineurs, le parent de l’enfant doit se présenter en début et en fin de télésoin.

Pathologies lourdes

Pour les patients atteints de pathologies lourdes, la présence d’un aidant est obligatoire.

Limite d’activité en télésoin

L’activité réalisée en télésoin conventionné ne doit pas dépasser 20% de l’activité totale de l’orthophoniste sur un an.

La facturation du télésoin en orthophonie

facturation des télésoins à l'assurance-maladie 

Selon le site de l’Assurance-maladie Ameli :

  • le télésoin orthophonique doit être facturé sous le code TMO (c’est tout simplement un AMO à distance)
  • les coefficients applicables au TMO sont les mêmes qu’en présentiel
  • les tarifs conventionnés du TMO doivent respecter la Nomenclature générale des actes professionnels (NGAP)
  • pour les patients sans carte Vitale ou dont la carte Vitale s’avère illisible, l’orthophoniste peut faire la facturation en mode SESAM sans Vitale, ou à défaut en mode SESAM dégradé

facture TMO orthophoniste

Application des forfaits

  • la facturation du forfait de sortie d’hospitalisation (FPH) est possible uniquement si le bilan a été réalisé en présence du patient
  • la facturation de la majoration enfant de moins de 3 ans (MEO) et celle du forfait patient en situation de handicap (FOH) ne changent pas par rapport au soin classique

Montant de la prise en charge en téléorthophonie

Le montant de la prise en charge d’un acte de télésoin en orthophonie s’établit à 60%.

(La prise en charge à 100% pour cause de covid a pris fin le 27 juin 2021.)

Aides à l’équipement en télésanté

L’Etat propose aux professionnels paramédicaux des aides à l’équipement en télésanté :

  • 350€ d’aide pour s’équiper en moyens de vidéotransmission (via un abonnement à une plateforme de téléconsultation, ou via l’achat ou la location d’un logiciel de téléconsultation sur un site Internet médical)
  • 175€ d’aide pour acquérir des équipements médicaux connectés

logiciel de télésoin en orthophonie

Pour ou contre la téléorthophonie

La vision critique de la Fédération des Orthophonistes de France

La Fédération des Orthophonistes de France a publié sur son site un PDF intitulé « LE TELESOIN EN ORTHOPHONIE. Questions et réflexions ».

Ce document se livre à une critique acide de l’e-orthophonie, et rappelle en préambule que

[…] cette discussion s’inscrit dans une conception de l’orthophonie dans laquelle le soin passe par la relation thérapeutique et dépasse la simple application de protocoles et d’exercices appropriés. La FOF soutient une vision de notre métier qui prend en compte la personne dans sa globalité et ne détaille pas l’humain en fonctions défaillantes à rééduquer. Dans ce cadre, le métier d’orthophoniste ne se limite pas à des compétences techniques mais il met celles-ci au service d’une vision humaine du patient et de son langage, de sa parole, de sa communication.

source : Fédération des Orthophonistes de France

Dans la suite de l’argumentaire critique, l’orthophonie à distance est décrite comme :

Un appauvrissement du cadre et de la relation thérapeutique

La pratique des soins en vidéo réduit le cadre thérapeutique à la fenêtre d’un navigateur ou pire, à l’écran d’un téléphone. La présence du patient comme celle de l’orthophoniste se dématérialise alors même que la relation d’aide implique le corps, la présence.

Une aggravation des inégalités dans l’accès au soin

Une partie des patients n’ont tout simplement pas les moyens matériels requis.

Une autre partie n’en a pas les moyens intellectuels (cas de patients en déficit intellectuel ou des patients du trouble du spectre autistique) ou physiques (cas de certains handicaps moteurs).

Ces deux facteurs aggravent les inégalités d’accès au soin déjà criantes.

Une dégradation des conditions de confidentialité des séances

Sans même parler des inévitables problèmes techniques et autres bugs informatiques, les modalités des télésoins ne permettent plus de garantir la confidentialité qui a pourtant une valeur légale impérative. N’importe qui pourrait intercepter ou enregistrer une séance.

Une perte des repères sensoriels et corporels

Plus grave, la dématérialisation entraîne une perturbation à la base même de la relation humaine : « Face à un écran, que devient le regard ?« , demande le texte.

De même, comment corriger une posture à distance alors même qu’on ne peut pas voir l’intégralité du corps du patient ?

Comment observer l’appareil phonatoire sur une image partielle, lointaine et parfois de mauvaise qualité ?

Une impossibilité d’utiliser les outils

jeu en télésoin en orthophonie

En mode télésoin logiciel, toute la gamme des jeux, des grilles, des fiches, des objets de la pratique orthophonique devient caduque. La pratique en est réduite à voir, mal, et à parler ou écouter, sans faire.

Ou alors le patient doit faire sans que l’orthophoniste puisse voir, ce qui réduit fortement l’utilité thérapeutique.

Une déviance libérale et consumériste de la médecine

Les soins à distance seraient de fausses solutions à la désertification médicale et une manière de transformer l’orthophonie en simple bien de consommation. « La relation consumériste risque de dénaturer la relation de soin« .

Pour la téléorthophonie

D’autres orthophonistes, comme Noémie Bessay du site Mon orthophoniste et moi, trouvent de nombreux avantages au développement de l’orthophonie à distance et y contribuent avec enthousiasme.

Le télésoin touche des publics qui n’y avaient pas accès

Les expatriés, les habitants francophones d’autres pays, peuvent profiter d’actes de télésoins – même si ceux-ci ne sont pas toujours remboursés par l’assurance-maladie.

Le télésoin est pratique

D’abord, pour les patients c’est plus pratique : pas besoin de se déplacer, on fait sa séance tranquillement chez soi ; pour les parents, pas besoin d’accompagner l’enfant ou l’adolescent et pour l’enfant, et surtout pour l’adolescent, pas besoin des parents ! (sauf qu’ils doivent faire une apparition règlementaire en début et fin de séance).

Quand les patients partent en vacances, le suivi orthophonique peut se poursuivre, sans rien changer à sa fréquence et à sa régularité.

Pour l’orthophoniste aussi le télésoin peut s’avérer pratique : pas besoin de se rendre à son cabinet, on organise la séance chez soi en télétravail, ce qui permet de traiter plus de patients.

Les jeunes patients kiffent la téléorthophonie

S’il est vrai que les patients âgés ou d’un certain âge peuvent se sentir réticents au télésoin en orthophonie et préférer la pratique en présentiel, les jeunes, eux, adorent les nouvelles technologies et se sentent à l’aise avec les ordinateurs, tablettes et téléphones, associés positivement à leurs loisirs.

Et contrairement à ces loisirs auxquels on reproche d’isoler voire d’abêtir, cette fois les nouvelles technologies servent réellement à communiquer dans le cadre bienveillant et sécurisé de la relation thérapeutique.

De plus, le fait de travailler en télésoin, avec le patient dans son cadre de vie ordinaire, donne l’occasion de collaborer avec les parents ou les aidants, qui dès lors deviennent de véritables relais des orthophonistes.

Le télésoin en orthophonie pousse à réinventer la pratique

Enfin, l’usage des nouvelles technologies invite les orthophonistes à réinventer leur discipline et à travailler avec de nouveaux outils, parfois plus ergonomiques que les anciens : le travail sur écran permet d’utiliser des couleurs, des pictogrammes, de modifier l’apparence du texte, etc.

De même, des jeux orthophoniques logiciels ont été développés, qui plaisent beaucoup aux enfants et permettent une rééducation toute en douceur.

Conclusion

L’expérience du télésoin en orthophonie comme dans d’autres disciplines médicales et paramédicales survivra-t-elle à la pandémie du covid et s’inscrira-t-elle dans la durée ? Médecine en présentiel et télémédecine finiront-elles par trouver un équilibre et se répartir la patientèle ?

Les orthophonistes et leurs patients nous le diront, et aussi le gouvernement et les startups… 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page